Température homogène sur le lieu de travail : quelle stratégie thermique  ?

Une étude scientifique récente (publiée par la revue universitaire Plos One) a révélé que les effets de la température sur le rendement au travail varient considérablement entre les hommes et les femmes. Sur les 543 participants, les résultats ont montré que les performances des femmes augmentaient significativement en mathématiques et en communication verbale lorsque les températures intérieures étaient plus élevées, tandis que les hommes présentaient de meilleures performances à basse température. En se basant sur ces résultats, les chercheurs ont conclu que le fait de fixer des températures plus élevées pour les espaces de travail mixtes peut améliorer la productivité globale. Une autre étude sur la régulation du climat intérieur a montré que « le modèle de confort thermique » a été mis au point dans les années 1960 et qu’il est fixé au taux métabolique standard d'un homme moyen. De ce fait, le confort thermique des femmes est surestimé et négligé jusqu'à 35 %. De plus, ce " standard de confort thermique " contribue de manière décisive à l'inefficacité énergétique des bâtiments.
Les températures du bâtiment

Les températures des bâtiments sont en général contrôlées par les gestionnaires de bâtiments pour le confort thermique d'environ 80 % des occupants du bâtiment. Cela signifie inévitablement que 20% des occupants seront toujours mal à l'aise. Les facility managers savent que le contrôle de la température dans un bâtiment peut être une tâche difficile mais ils comprennent aussi que le contrôle et le réglage de la bonne température sont essentiels pour créer un espace de travail productif et écoénergétique. Alors, quelles sont les solutions pour concevoir une stratégie thermique sur mesure en fonction des différents besoins des utilisateurs finaux ?

 

L’aménagement de l'espace de travail

Toutes les personnes ont des taux métaboliques différents et donc des perceptions différentes des températures les plus confortables. Par conséquent, le facility manager d'un bâtiment doit constamment surveiller les installations et communiquer avec les utilisateurs finaux pour s'assurer que les besoins en température sont satisfaits.

Dans les lieux de travail, comme le bureau du New York Times par exemple, il existe une « répartition égale des sexes » entre les employés. Ainsi, dans la gestion des températures thermiques, il existe 8 espaces de travail différents conçus spécifiquement pour les femmes. Par exemple, «les sièges ont été fabriqués avec des tissus doux, comme le velours, parfait pour les utilisateurs aux jambes nues. De plus, en été, la température est ajustée en tenant compte du fait que les hommes préfèrent 70 degrés Fahrenheit et les femmes 2,5 degrés de plus. Ainsi, les thermostats sont réglés entre 72 et 74 degrés Fahrenheit. Et pendant les mois d'hiver, les utilisateurs qui ont besoin de chaleur supplémentaire disposent de couvertures en coton tricoté.

 

L’Internet des objets (IoT)

La température idéale dans un bâtiment est principalement liée à l'humidité de l'air, car la température ressentie est directement influencée par l'humidité de l'environnement intérieur. Et ici, l'IoT est une solution spécifique qui permet de mesurer la qualité de l'air intérieur grâce à de nombreux capteurs placés dans l'ensemble du bâtiment.

Ces capteurs sont tous interconnectés entre eux et à un réseau de communication. Ces derniers, avec l'utilisation du Big Data permettent :

- La surveillance en temps réel de la température intérieure, de l'humidité et des niveaux de CO2, mesurés dans différentes pièces

- La visualisation sur carte géographique (ou plan du bâtiment) des points de mesure des capteurs

- La consultation des données historiques (pour comprendre et anticiper l'avenir)

- La mise à disposition d’alertes en cas de dépassement des seuils

La mesure continue de la qualité de l'air intérieur par l'IoT permet de contribuer à une température intérieure idéale, qui peut également être réglée dans différentes zones du bâtiment en fonction de la conception stratégique de l'espace de travail.

Par exemple, la personnalisation peut être créée dans des espaces de travail spécifiques où les températures peuvent être réglées pour des réglages thermiques plus froids ou plus chauds, de sorte que n'importe qui puisse se déplacer dans la zone qui répond le mieux à ses besoins. Ces paramètres thermiques peuvent être vérifiés et surveillés en temps réel par les facility managers du bâtiment, ainsi que par les utilisateurs finaux à la recherche d'informations sur la température intérieure d'une zone de travail spécifique.

En outre, l'IoT peut faciliter la représentation précise de la demande thermique de tous les occupants du bâtiment, ce qui permet de prévoir une consommation d'énergie réelle et donc de réaliser des économies d'énergie.

 

En élaborant des plans de stratégie thermique, les facility managers peuvent améliorer concrètement l'expérience au bureau et la productivité globale.