Comment intégrer les travailleurs virtuels dans votre entreprise ?

Le travail virtuel n’a jamais été aussi simple et accessible. Cependant, l’intégration des collaborateurs  "technologiquement" connectés dans la culture de l'entreprise reste délicate.

De nombreuses entreprises emploient déjà des travailleurs virtuels et cette tendance se confirme de plus en plus. L'impact sur la culture d'entreprise n'est pas uniquement lié à cet afflux de personnel virtuel. Il sera également porté en grande partie par les prestataires de Facility Management.

Comme démontré dans notre Livre Blanc ISS 2020 Vision: New Ways of Working, le travail virtuel influence de plus en plus la conception des environnements de travail.

L'accélération du travail à distance offre bien des avantages aux employés, comme aux entreprises. Mais ce mode de travail soulève également de nouveaux défis que les Facility Managers doivent être prêts à affronter.

Comment intégrer les travailleurs virtuels dans votre entreprise ?

Les avantages d’une main-d’œuvre virtuelle

Personnalisation : Les collaborateurs demandent de plus en plus de flexibilité. Le télétravail est un exemple parmi les nombreux outils qui permettent aux employés de mieux planifier leur quotidien et de mieux équilibrer vie privée et vie professionnelle.

Accèssibilité : Toute personne disposant d’un ordinateur portable et d’un compte Skype est susceptible de se faire embaucher par votre société. Avec la technologie, les entreprises ont aujourd’hui accès à un vivier de talents bien plus vaste. Ce qui, dans un contexte de « guerre des talents », constitue une avancée notable dans le processus d’embauche. L’accès à ces talents du monde entier offre de nombreux avantages aux entreprises, comme une exposition sur de nouveaux marchés.

Optimisation : De moins en moins d’employés utilisent les bureaux comme espace de travail principal. Aussi, les entreprises peuvent réduire leurs surfaces de bureaux. Outre les économies de coûts non négligeables, cela permet également aux entreprises d’améliorer leur empreinte environnementale en réduisant les surfaces inutiles.

 

Les challenges de la main-d’œuvre virtuelle

Leadership : Les compétences de leadership des managers sont mises à l’épreuve. Le travail virtuel nécessite de repenser les modes de management avec un nouveau mode de responsabilisation et d’autonomie. Un environnement virtuel exige une communication bien plus ouverte et régulière avec les employés concernés.

Implication : En l’absence de pauses café entre collègues, les travailleurs virtuels peuvent peu à peu s’éloigner de la culture de l’entreprise. Les managers doivent redoubler d’efforts pour les inciter à s’impliquer et les intégrer socialement dans la culture de l’entreprise.

Reconnaissance : Le fait qu’un employé virtuel ne soit physiquement pas au bureau peut considérablement freiner sa carrière professionnelle. La London Business School et l’Université de Californie à Davis ont constaté que les employés virtuels n’étaient généralement pas pris en compte lors des promotions. Elles ont même noté qu’ils recevaient des appréciations inférieures aux évaluations et bénéficiaient d’augmentations de salaire moins importantes et moins fréquentes que les employés « traditionnels ».

Pour relever ces défis, les Facility Managers doivent reconsidérer leurs offres de service au niveau technique, conceptuel et managérial.

 

Le rôle des Facility Managers dans la transformation des espaces de travail

Technologie : Des mesures doivent être prises pour assurer la possibilité de se connecter à l’entreprise où que l’on se trouve dans le monde. Et ce, aussi bien sur un réseau câblé que sur un réseau sans fil. Une connectivité sans interruptions intempestives permettra aux travailleurs virtuels d’utiliser des plateformes de collaboration en ligne telles que Slack, Podio ou Basecamp. D’autres outils permettant de bénéficier de services de réservation d’espaces ou de livraison de colis, par exemple, montrent bien le potentiel d’innovation dont disposent les prestataires de FM pour offrir une meilleure expérience de travail.

Conception : Les travailleurs virtuels auront toujours besoin de tisser des liens avec leurs collègues, que ce soit au bureau ou ailleurs. Il est donc important qu’ils ne se sentent pas mis à l’écart. Pour développer ce concept d’intégration, les prestataires de FM doivent créer des espaces de travail attrayants et dimensionnés pour les accueillir lorsqu’ils travaillent au bureau.

Management : La flexibilité du travail pose également de nouveaux défis aux Facility Managers. Ils doivent, eux-mêmes, développer des modèles organisationnels permettant d’intégrer les travailleurs virtuels. L’enjeu réside dans la capacité à piloter un nombre grandissant de travailleurs à distance dans des fonctions multiples.

 

Les travailleurs vont continuer à demander plus de flexibilité et de mobilité aux entreprises. Et peu à peu, il ne sera plus si exceptionnel de travailler à distance. Le nombre croissant d’employés virtuels montre bien comment « technologie et mondialisation ont transformé les exigences pour réussir dans le monde du travail. »

Les Facility Managers capables de gérer cette évolution permettront aux entreprises de réduire leurs frais généraux, d’offrir à leurs employés un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée et d’améliorer l’empreinte environnementale attribuée aux personnes qui se rendent traditionnellement chaque jour à leur bureau.

Cet article est issu de notre Livre Blanc "ISS 2020 Vision: New Ways of Working".

New ways of Working - The workplace of the future

Comment intégrez-vous le travail virtuel dans votre entreprise ? Partagez votre expérience en laissant un commentaire ci-dessous !