Des astuces pour éliminer les facteurs dégradant la productivité au travail

A l’occasion du Sommet CoreNet Global de Seattle en 2017, nous avons eu l’opportunité de discuter avec Peggie Rothe, Directrice du Développement chez Leesman Index au sujet de leurs recherches récentes sur les facteurs dégradants de la productivité au travail et les meilleurs moyens de les éviter.

Selon vous et sur la base de vos dernières recherches, quels sont les facteurs internes ayant le plus fort impact négatif sur la productivité au travail ?

Le bruit en premier point. Nous constatons dans notre étude que les gens sont généralement extrêmement insatisfaits du bruit généré par l’environnement qui les entoure. Le niveau sonore fait notamment partie des indicateurs que nous mesurons sur les environnements de travail les plus performants. Souvent, le problème est lié à une organisation des bureaux en open space, ce qui n’offre pas une diversité suffisante d’espaces, notamment des zones dédiées au calme et à la concentration, voire à la confidentialité.

Le second point, c’est justement la diversité des espaces. Notre étude a révélé que, dans de nombreuses organisations, les espaces de travail ne répondent pas aux nouvelles habitudes de travail ni à la diversité des activités des collaborateurs sur une journée. Cet aspect peut rendre le travail d’autant plus inefficace.

 

Donc, selon vous, comment les Facility Managers et les Directeurs Immobiliers peuvent éliminer ces éléments perturbateurs ?

Tout commence par l’évaluation de ce qui ne fonctionne pas. Après ça, il faut considérer le comportement. Dans certains cas, il se peut qu’il n’y ait rien de négatif au niveau du design et de l’aménagement - mais plutôt au niveau de la façon dont les collaborateurs utilisent leur espace de travail. La meilleure chose à faire : s’assoir avec les collaborateurs et chercher à comprendre pourquoi ils utilisent les espaces de cette façon et pas d’une autre. Investir ensuite les efforts dans leur éducation en leur expliquant comment exploiter au mieux les différents espaces et en leur démontrant les bénéfices qu’ils pourraient en tirer. Certaines fois, il se peut que le problème vienne d’une mauvaise utilisation des espaces de tranquillité ou d’une utilisation abusive comme si c’était leur bureau permanent. Ce qui peut avoir un effet très négatif sur leurs collègues.

Communiquer sur l’organisation des espaces de travail et l’optimisation de leur utilisation pour plus d’efficacité est d’une importance cruciale. Les gens doivent être éduqués pour apprécier cette diversité à sa juste valeur.

Nos recherches montrent également qu’un collaborateur qui se sent capable de faire son travail individuel dans de bonnes conditions aura l’impression d’être beaucoup plus productif. Pour un Directeur Immobilier ou un Facility Manager, il peut être très pertinent de se pencher sur des solutions pour soutenir la facilitation du travail individuel par des zones d’isolement. Cependant, ils doivent veiller à ne pas compromettre la valeur issue d’une collaboration sur le lieu de travail.

 

Pouvez-vous maintenant nous dire quels éléments de l’environnement de travail sont considérés comme étant les plus importants ?

Dans l’étude, on retrouve des choses très simples en fait.

  • Bureau et assise – basiques mais très importants. La plupart des entreprises sont au top sur ce point.
  • Thé, café et rafraîchissements – ils sont la clé pour booster à la fois le travail individuel et les interactions sociales avec l’aménagement des cafétérias et espaces de pause.
  • Et le contrôle de la température – malheureusement, ce point est bien souvent minimisé et laissé de côté.

 

Selon vous, existe-t-il un environnement de travail idéal adapté à toutes les entreprises ?

Non, bien entendu. Aucune solution ne peut être universellement adaptée à tout type d’organisation et modes de travail puisque les activités, les profils, la culture et les rituels sont propres à chaque entreprise.

Cependant, si je devais jouer le jeu, je dirais que tout se joue autour de la diversité.

C’est simple quand on y pense. Plus les types d’espaces de travail proposés sont variés, plus nous avons de chance de répondre aux besoins et modes de travail des différents profils de collaborateurs. Il y en a pour tous les goûts !

Mais cela soulève aussi un point critique. Si vous proposez trop d’espaces différents à vos collaborateurs, ils vont être perdus. Ils ne s’y retrouveront pas et ne sauront plus où et comment travailler sur telle ou telle activité. Donc il s’agit vraiment de trouver un juste milieu, ce qui revient encore une fois à comprendre les besoins des collaborateurs et leur façon de travailler pour créer des espaces adaptés et sur mesure.

Découvrez les tendances qui impactent l'avenir de nos environnements de travail et notre façon de travailler et de collaborer. Téléchargez notre Livre Blanc !

The Future of Work, Workforce and Workplace