Quelle approche d’externalisation correspond le mieux à vos besoins ?

L’externalisation de services devient aujourd’hui un levier stratégique pour les entreprises et les enjeux qui en découlent se multiplient. Rentabilité, positionnement sur le marché, propriété intellectuelle, relations fournisseurs, attraction de nouveaux talents en sont l’exemple parfait. 

Dans ce contexte, il s’avère de plus en plus difficile de trouver l’approche d’externalisation la plus performance et la mieux adaptée. Celle qui répondra le mieux aux problématiques, à l’organisation et aux ambitions de l’entreprise.

 

L’externalisation devenant stratégique, les FMeurs doivent procéder à des auto-évaluations pragmatiques pour trouver l’approche la plus adaptée aux besoins organisationnels.

Les FMeurs ont un rôle de plus en plus complet. Ce qui nécessite de porter un regard nuancé sur les risques et les valeurs associés à l’externalisation pour chaque processus ou activité.

Avant de se lancer dans l’externalisation, une entreprise doit donc analyser ses compétences et son potentiel de différentiation.

L’externalisation est un engagement qui doit correspondre à la vision de l’entreprise, y être entièrement intégré et contribuer aux objectifs liés à cette vision en matière de stratégie, de gestion et d’exploitation, pour une durée déterminée.

 

ISS-FR-download white paper

 

Ce graphique illustre les 3 aspects à prendre en compte si on souhaite recourir efficacement à l’externalisation.

Les 3 aspects à prendre en compte pour réussir son externalisation

L’externalisation comme outil stratégique

L’externalisation vise ici à soutenir les stratégies de l’entreprise sur le long terme et à y contribuer de manière active, grâce à des accords de type alliance ou partenariat. Elle se concentre dans ce cas principalement au niveau organisationnel.

 

L’externalisation comme outil de gestion

Dans ce cas, l’externalisation s’éloigne du schéma d’intégration verticale et d’autosuffisance pour devenir une structure commerciale permettant de réaliser des investissements plus ciblés, dans des domaines qui lui offrent des avantages compétitifs. Contrairement à l’exemple précédent, ce type d’externalisation impacte principalement les processus commerciaux.

 

L’externalisation comme outil tactique et opérationnel

L’externalisation comme outil tactique et opérationnel vise à résoudre un problème pratique afin d’obtenir un gain en efficacité opérationnelle. Elle s’opère, dans ce cas, principalement au niveau de l’activité fonctionnelle.

Aujourd’hui, beaucoup d’entreprises ne reconnaissent pas l’immense valeur de l’externalisation en tant que stratégie pour réaliser ou accompagner leur transformation. L’externalisation est encore trop souvent considérée comme une simple transaction tactique, avec une vision à court terme des bénéfices qu’elle peut apporter.

Le recours à l’externalisation nécessite donc de réaliser un audit interne pour optimiser la valeur ajoutée potentielle. Notamment si l’externalisation est considérée comme un outil stratégique.

 

Le graphique ci-dessous illustre les trois principaux niveaux d’externalisation dans le cadre d’une relation contractuelle.

Les 3 niveaux d'externalisation à considérer

Dans ce contexte, les activités fonctionnelles concernent par exemple le nettoyage, la restauration ou le recrutement. Tandis que les processus commerciaux concernent davantage la gestion des installations ou celle des ressources humaines. La stratégie organisationnelle concerne les objectifs stratégiques directement liés à l’activité, tels que la vision, la mission, les partenariats et les investissements.

 

ISS-FR-download white paper 

Pensez à votre différentiation

Se demander si une activité ou un processus est lié ou non à son cœur de métier n’est pas suffisant. Une entreprise doit penser en termes de compétences et de potentiel de différentiation. Elle doit réfléchir à ce qu’elle est capable de réaliser en interne et à ce qui est susceptible de présenter pour elle soit un avantage, soit un handicap concurrentiel.

Elle doit également trouver une façon de se différencier concrètement, qu’il s’agisse ou non d’une activité liée à son cœur de métier.

Dans certains cas, c’est simplement la capacité d’évolutivité ou le niveau d’expertise qui vont permettre à un partenaire d’être plus efficace que l’entreprise elle-même dans un domaine donné. Et ce, même s’il s’agit d’un domaine essentiel à son activité commerciale.

 

Découvrez comment les relations contractuelles vont évoluer dans le cadre de l’externalisation en lisant notre article dédié à l’évolution des contrats d’externalisation d’ici 2020.